mercredi 5 octobre 2011

Luc Durtain, Voyage au pays des Bohohom

Le livre de Luc Durtain fut sévèrement critiqué par Régis Messac (la critique est reproduite dans le Quinzinzinzili n°14 que nous présente JL Boutel sur son blog). Un contributeur du forum BDFI nous a livré une critique parue dans la presse de l'époque:

« Sans aucun doute, ce Voyage au Pays des Bohohom prolonge une tradition littéraire : il rappelle les « Voyages de Gulliver », « Micromègas » et « L’Ile des Pingouins ». Est-ce à dire que Luc DURTAIN s’assit, un jour, à sa table de travail dans le dessein de rivaliser avec SWIFT, VOLTAIRE et Anatole France ? Au contraire, c’est d’une expérience réelle qu’est né ce conte philosophique ! Durtain revenait avec sa femme d’un voyage en Algérie. Leur avion fit escale à Minorque, une des scènes de la tragédie qui déchire l’Europe. Puis il repartit, s’élevant parmi les nuages et bientôt les survolant. Soudain, ces vestes formes apparurent à Durtain comme autant de géants, insensibles à nos souffrances.
Il n’est point inutile de connaître cette genèse de l’œuvre : ou en goûte mieux l’ingénieuse vérité du prélude, le ton d’affectueuse confiance entre les deux explorateurs, une allégresse intime aussi que traduit la vivacité du rythme. Conçu vers la fin des vacances de Pâques, ce livre nous est offert pour nos vacances d’été. Il s’est imposé à son auteur, réclamant d’être écrit sans délai. Le résultat prouve que Durtain eut raison d’obéir au « Daïmon » qui lui inspirait ainsi l’un de ses meilleurs ouvrages.
Car il aura suffit qu’un touriste heurte de la tête la chambranle d’une porte pour que nous soyons précipités en plein fantastique. Ces colosses de vapeur, ce son les Bohohom, ordonnés selon une hiérarchie de cinquante-trois degrés qui se déploie des Bourgeons jusqu’au Grands Edredons. Or, leur dignité réside dans le langage, leur progrès consiste à devenir capable de « ressasser une même notion, usagée de préférence, sous un plus grand nombre de forme ». On ne s’étonne donc point que les Bohohom consacrent « les neuf dixièmes de leur force à la politique », soient très satisfaits d’eux-mêmes et préfèrent les « penseurs tournesols » aux rares « Méditants » qui n’encouragent pas cet optimisme.
Bouffonnerie amusante mais gratuite, étions-nous d’abord tentés de dire. On n’oserait plus le répéter lorsque les Gridudd, terribles nuages totalitaires, attaquent les Bohohom et mettent à mal ces virtuoses du « mode échappatoire », obsédés par leurs subtils débats entre partisans de l’Est et zélateurs de l’Ouest. Ainsi que dans Gulliver, le roman d’aventures se change ici en allégorie satirique. Chez Durtain comme chez Swift, l’ironie est à double détente : si, par hasard, nous refusions de reconnaître nos travers dans ces images caricaturales, nous n’échapperions pas au verdict du Méditant, qui sur une description de notre société, décl are qu’elle représente maintes analogie avec l’Etat Bohohom.
La fureur désespérée de Swift est heureusement étrangère à Luc Durtain. A ses héros exilés par les Bohohom, il accordera une brève vision des Nacrairs dont les suaves musiques célèbrent une harmonie qui devrait régner aussi sur la Terre, si tous les hommes en comprenaient la souveraine beauté. Ainsi ce « Voyage au Pays des Bohohom », qui aurait pu se réduire à un spirituel divertissement, est-il en fin de compte une des plus généreuse « Conquête du Monde » que nous ait proposées Luc Durtain. »

L'illustration de couverture fait irrésistiblement penser à la mascotte d'une célèbre marque de pneumatiques:

v_voyage_au_pays_des_bohonom_01_1938.jpg

Luc Durtain, Voyage au pays des Bohohom, Conquêtes du monde, Flammarion, 1938

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire