jeudi 16 février 2012

Régis Gignoux, La nautoaérocyclette (1910)

La jeunesse a souvent des idées d'amélioration des techniques en vigueur. Certains lecteurs du supplément "Jeunesse" du Figaro proposaient de fondre en un seul moyen de locomotion la bicyclette, le canot et l'aéroplane.
Les adultes sont plus terre à terre et René Gignoux, après avoir décrit cette merveilleuse nautoaérocyclette, décourage les vocations...

NAUTOAEROCYCLETTE

Des lecteurs veulent bien me demander de leur donner des conseils pour transformer leur bicyclette en nautocyclette et en aérocyclette. Cette nautoaérocyclette serait, disent-ils, l'appareil idéal pour leurs prochaines vacances.
La nautocyclette a été inventée par M. Luk. C'est une bicyclette ordinaire qu'on transforme en radeau à aubes. L'appareil comporte deux flotteurs gonflables, munis de chambres à air, maintenus dans un châssis en bois et accouplés par deux planches étroites. Ces flotteurs sont placés, pendant la route, sur un porte-bagages qu'on renverse pour naviguer. On fixe les flotteurs. Deux palettes en tôle sont adaptées aux pédales et servent de propulseurs. On dirige avec le guidon par la roue de devant, qui repose sur une latte de bois à laquelle est attachée une planchette-gouvernail. A cette nautocyclette, nos correspondants désirent d'ajouter à l'avant une hélice qui serait entraînée par une chaîne démultipliée et actionnée par la chaîne même de la bicyclette.
Depuis quelques jours, on voit dans les rues de Neuilly une bicyclette à hélice qui semble fonctionner parfaitement. En recouvrant les flotteurs d'une toile qui ferait deux ailes, la nautoaérocyclette serait réalisée. Par les pédales, on aurait la traction pour voler, comme pour naviguer sur l'eau ou rouler sur les routes.
Quelle merveilleuse combinaison allez-vous dire. Les trois appareils en un seul Hélas! il faut déchanter. La bicyclette transformée en nautocyclette pèse 38 kilos. Donc, on ne peut pas rouler aisément, et quel est l'athlète qui monterait les côtes avec un tel engin ? Si on ajoute une hélice, une chaîne, des ailes, la nautocyclette, devenue nautoaérocyclette, pèserait au moins 70 kilos. Nous ne pourrions plus nous en servir, et pour avoir voulu faire trois sports à la fois, nous ne serions plus capables d'en suivre un seul. Ne compliquons pas les choses. Prenons une bicyclette pour aller sur les routes, un canot pour naviguer en attendant d'avoir un petit monoplan qui suffirait à nous dispenser de rouler et de naviguer, en attendant principalement d'avoir bien travaillé pendant ce dernier trimestre.

Régis Gignoux.
Le Figaro de la jeunesse, n°8, Jeudi 28 avril 1910.

Source: Gallica

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire