mercredi 15 août 2012

Dopage: Le super-athlète du futur ne doit pas devenir un fakir !



En 1958, Meccano-Magazine propose un numéro consacré à l'an 2000. Parmi les articles, on trouve cette anticipation du sport du futur et une liste des records établis.

Exclusif
Après la mort de Laufer, le docteur Lambert lance un S.O.S:
Le super-athlète de l'an 2000 ne doit pas devenir un fakir!

Coureur honnête crédité d'un 3'40'' 'au 1.500 metres (record mondial 325’’ 2/10) I'Allemand Laufer prétendait réaliser d'un seul coup, sans transition, le temps effarant de 3'15''! On connaît la suite : iI s’est tué à l'entraînement le 27 avril 2000 en préparant cette tentative. Le docteur Lambert, éminent spécialiste cardiologue, révèle en exclusivité pour les lecteurs de « Meccano-Magazine » |es causes de cette mort.
Je connaissais bien Laufer. II m'avait dit : « L'athlétisme va appartenir maintenant aux purs scientifiques. J'ai découvert une méthode qui me fera réaliser 3'15” au 1.500 metres! »
Et devant mon étonnement : « Vers 1956, a-t-il continué, on a découvert l’entrainement fractionné — 20 à 40 distances courtes et rapides par jour — remplaçant l'entraînement à la Suédoise, long et lent.
A peu près à la même époque, on s'est aperçu qu'un gros coeur était un avantage pour le coureur, alors que quelques années plus tôt, il interdisait la pratique du sport ! Le coeur, en effet, est un muscle : il restait a le développer comme tous les muscles! Aujourd’hui, le cceur d'un coureur moyen a un volume de 1.500 centimètres cubes (750 pour un coeur normal, 1.300 au maximum pour un marathonien de 1960). Vous savez comment on y est parvenu : entraînement intensif, nourriture synthétique, oxygénisation des muscles, et surtout gymnastique cardio-respiratoire, qui consiste à respirer le plus doucement possible.
« C’est en poussant cette dernière méthode à fond que j'ai fait ma découverte, docteur : en m’entraînant des journées entières à respirer de moins en moins vite, je me suis aperçu que tout mon corps s’endormait comme si les organes ralentissaient, y compris mon coeur qui me semblait battre moins vite. Regardez docteur... »
Et devant moi, je le révèle pour la première fois, Laufer s’est penché, il a laissé tomber ses bras. La respiration déjà lente naturellement s’est encore ralentie, tout en devenant plus bruyante. II devait bien inspirer durant trente secondes, et expirer durant quarante. Je lui ai parlé, il ne m'entendait pas. On aurait dit qu’il dormait, que tout son corps dormait. Je n’avais pas de pistolet-chronomètre électronique alors pour en donner le départ j’ai frappé dans mes mains. II est parti à une allure qu'il n’avait jamais atteinte. II devait réaliser 3’26” 4/10!
« Je me suis réveillé dans la dernière ligne droite, m’a-t-il déclaré à l'arrivée. C’est donc que ma méthode n’est pas encore au point. Oui, docteur, je dis bien: réveillé! Vous m'avez vu tomber dans un état second, mon corps s’hiberne comme celui de certains animaux en hiver. Mais je n’ai rien inventé : c'est par cette méthode que les fakirs et les yogas parvenaient à se transpercer le corps ou à dormir sur des clous... »
Pourquoi alors, Laufer est-il mort quelques jours plus tard? En ralentissant toutes les fonctions de ses organes par hibernation humaine, il est probable qu’il aura ramené les pulsations-minutes de son coeur à 25 ou même 20. Son corps n’a pas résisté...
Oh, je sais bien que la mort de Laufer, loin d’en décourager certains va au contraire leur donner I’idée de mettre au point sa méthode. On y parviendra, sans doute. Mais je pose alors la question : ces hommes qui, courent sans même savoir ce qu'ils font, endormis scientifiquement, biologiquement «dopés», inconscients, dans un état second qui ressemblera fort au somnambulisme, ces hommes mériteront-ils encore le titre de sportifs?

Docteur LAMBERT

L'article se conclue par un tableau comparatif (avec une note amusante sur le saut en hauteur) des records établis en 1958 et 2000. 



(1) Depuis les 2 m. 28 de 1970, on sait que plus aucun record n'a été homologué par la Fédération Internationale. Le saut en hauteur est devenu aujourd'hui un exercice de saut périlleux... Rappelons que le sud-africain Ogodo vient de réaliser... 3 m. 82. Depuis trente ans les officiels no savent plus dire (on les comprend) à quel moment finit le saut en hauteur pur et commence le saut acrobatique.

A titre de comparaison, indiquons les records actuels : 100 m : 9''58 ; 110 m haies: 12''87 ; 200 mètres : 19''19 ; 400 m : 43''18 ; 400m haies : 46''78 ; 800m : 1'40''91 ; 1.500 m : 3'26'00 ; 3000 m steeple : 7'53''63 ; 5000 m 12'37''35 ; 10.000 m : 26'17''53 ; 4x100 m : 36'84'' ; 4x400 m 2'54''29 ; Disque 74m08 ; javelot 98m48 ; perche 6m14 ; poids : 23m12 ; longueur : 8m95 ; hauteur : 2m45 ; marteau : 86m74 ; triple saut : 18m29 

A lire sur ArchéoSF:

Humour extraterrestre (vignette publiée dans Meccano Magazine)
Chasseurs d'images (photographie publiée dans Meccano Magazine)

Billet publié sur une idée de Guillaume 



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire