vendredi 31 août 2012

Vassili Avenarius, Histoire extraordinaire d'un Pompéien ressuscité (1898)

La science-fiction ancienne n'est évidemment pas l'apanage de la France.
Si ArchéoSF se penche surtout sur la production francophone (et on estime à environ 5000 le nombre de textes relevant de ce domaine), d'autres explorent la production de différents pays. 
Viktoriya et Patrice Lajoye se sont spécialisés dans la science fiction et le fantastique russes. Leur blog Russkaya Fantastika est une mine. Ils ont publié divers ouvrages et se lancent dans la réédition de textes anciens en auto-édition. Sans doute le marché est un peu restreint pour ce type d'ouvrages (d'où le choix de l'auto-édition) mais l'on doit à ces passionnés de nous permettre de lire ces textes oubliés.

Le premier vient de paraître. Il s'agit de l'Histoire extraordinaire d'un Pompéien réssucité de Vassili Avenarius. Publié à l'origine en France dans la Nouvelle revue en 1898, il était tombé dans l'oubli.
On ne peut qu'encourager ces initiatives visant à partager un patrimoine qui dort dans les périodiques, les bibliothèques et chez certains collectionneurs. Le livre est disponible sur Lulu.com, Amazon et iBookstore (format papier et numérique - sans DRM!)

Présentation de l'édition:


Auteur totalement inconnu de nos jours en France, Vassili Avenarius (1839-1923) fut particulièrement célèbre à la fin du XIXe siècle et au début du XXe pour ses contes pour enfant. Isolé au sein de son oeuvre, l’Histoire extraordinaire d’un Pompéien ressuscité est un récit de science-fiction avant l’heure, qui voit le retour à la vie d’un habitant momifié de Pompéi, un retour qui a pour cadre une Italie moderne, avec ses savants misanthropes, ses ouvriers presque esclaves, ses journalistes filous et ses Anglais voleurs. Avénarius livre au travers de ce récit non pas une satire, mais une critique du monde moderne, de sa frénésie, de son absence de morale quand tout est tourné vers l’argent roi. Un récit injustement oublié qu’il nous fallait ressusciter...

Traduit du russe par A. Challandes (1898).
Texte révisé, présenté et annoté par Viktoriya et Patrice Lajoye 



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire