samedi 29 juin 2013

Joseph Cauvin, L'Algérie (extrait de poème), 1859

En 1859, la colonisation de l'Algérie en est à ses débuts. Des auteurs comme Joseph Cauvin aspire à des bouleversements dans lesquels les techniques françaises ont un grand rôle. Dans cet extrait de son poème Algérie ( à la forte teinte colonisatrice), il imagine l'arrivée du train :


« Comblez donc les vallons ! éventrez les collines!
« Faites pour les railways flamboyer les usines !
« Ouvrez à la Vapeur un large et beau sillon !
« Et qu'aux champs du Berbère enfin on les disperse
« Ces artères où coule à longs flots le commerce,
                 « Séve de toute nation !

« Rêve réel ! je vois déjà par la pensée
« La voiture de feu de sa gare élancée,
« Dans nos déserts vaincus courir en rugissant.
« A ce bruit le lion fuit. — De la barbarie
« Ne croirait-on pas voir reculer le génie
            « Devant le progrès triomphant?

Plus tard, d'autres auteurs, dont Jules Verne dans L'Invasion de la mer (1905) imagineront de transformer le Sahara en mer intérieure... A cette époque on se souciait peu du respect des équilibres de l'écosystème...

A lire sur ArchéoSF:
Une mer intérieure au Sahara ? Le projet de M. Roudaire

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire