mercredi 27 août 2014

Marcel Rosny, Les Merveilles de l'an 2000 ( 1899)

Voici ce qu'un original New-Yorkais a découvert dans les pages non feuilletées encore du livre du destin pour les environs de l'an 2000.
A cette époque, qui mériterait d'être appelée l'âge de diamant, il n'y aura plus de feu, et par conséquent plus de risques d'incendie, plus de compagnies d'assurances, plus de grèves de mineurs. Il n'y aura plus de chevaux, et par conséquent plus de cochers.
Il n'y aura plus de maladies, et par conséquent plus de médecins, les progrès stupéfiants de la médecine nouvelle ayant fini par supprimer les docteurs eux-mêmes. faute de malades.
Supprimés aussi, les chemins de fer, remplacés par l'« aérodrome »; et plus de fumée, plus de poussière, plus de microbes.
Plus, rien alors?Rien que des hommes, des femmes. et des Auvergnats?.
Certainement dans l'Eden que sera la terre d'ici une centaine d'années les heureux mortels de cette époque ne redouteront même pas les voleurs. Grâce à un appareil spécial appelé « pantoscope », mais que le prophète ne nous décrit malheureusement pas la police verra d'un coup d'oeil tout ce qui se passe et arrêtera les pickpockets à distance, électromagnétiquement !
Les braves agents, dont la profession n'offrira plus aucun danger, n'auront qu'à rester tranquillement assis chez eux; une simple pression du doigt sur un petit bouton de porcelaine, et crac le voleur sera pincé par le courant une savante combinaison d'ondes néo-hertziennes élevées au diapason voulu pour la sécurité des coffres-forts
Quel dommage que nous soyons condamnés à ne pas jouir de ces merveilleux prodiges ! Nous sommes nés trop tôt dans un monde trop jeune.
Consolons-nous en pensant que ces farceurs d'Américains n'ont pas la réputation d'être infaillibles et que celui-ci se trompe peut être autant que les pontifes de la météorologie, qui nous prédisent toujours le beau temps chaque fois qu'il va pleuvoir.


Marcel Rosny, in La Dépêche tunisienne, n° 3349, 4 septembre 1899.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire