lundi 20 octobre 2014

Vladimir Odoievski, La Cité sans nom et Mikhaïl Artsybachev, Sous le Soleil (1924)

Les éditions Lingva, récemment créées par Viktoriya Lajoye avec la complicité de Patrice Lajoye, les animateurs de l'incontournable Russkaya Fantastika, site consacré à la science-fiction et au fantastique du domaine russe (Russie, Ukraine, Biélorussie), proposent des textes relevant de la littérature conjecturale romanesque (mais pas seulement).

En novembre 2014 est annoncé La Cité sans nom de Vladimir Odoievski (1803-1869). Ce recueil de nouvelles contient quelques pépites d'un auteur qui a oeuvré aussi bien dans le fantastique que dans la science-fiction.

Extrait de la présentation de l'éditeur: 
"Ses visions du futur sont aussi étonnantes : non seulement il fait œuvre de visionnaire du point de vue technologique – les inventions qui parsèment son roman inachevé L'An 4338 sont remarquables – mais aussi du point de vue sociologique. Certes, il reste fidèle au régime tsariste, mais il y voit comme un rempart face à certaines idées qu'il juge dangereuses pour l'Etat : le libéralisme et l'utilitarisme."




Pour le premier semestre 2015 est annoncé Sous le Soleil de Mikhaïl Artsybachev.

Présentation de l'éditeur:


"Écrivain cynique, voire nihiliste, Mikhaïl Artsybachev (1878-1927), exilé en Pologne à la suite de la Révolution d’Octobre et de la Guerre civile, publie en 1924 une nouvelle de science-fiction post-apocalyptique, "Sous le soleil." Un texte court mais fort et poignant dans lequel il préfigure les propos que tiendra plus tard Albert Einstein: “Je ne sais pas quelles armes seront employées durant la 3e Guerre mondiale, mais pour la 4e, ce seront des bâtons et des pierres”. "Sous le soleil" est suivi d'un texte pour le moins inattendu: le journal d'un mort au cimetière."

Toutes les informations sont disponibles sur la page Facebook des éditions Lingva

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire