lundi 15 décembre 2014

La mode en 1950 ou 2000 (1928)

Anticiper les éléments du quotidien est une occupation régulière des chroniqueurs. Ici Le petit Grégoire imagine la mode du futur...

SOURIRES


Ce que sera la mode en 1950 ou en l'an 2000 ? A ce sujet, les Américains se sont livrés à des prévisions fantaisistes. En France, nous étudions le problème plus sérieusement et j'aperçois, d'ailleurs, au tréfonds d'un article publié par le docteur P. E. Morhardt, dans la « Vie Médicale » quelques indices qui se traduiront fatalement - tôt ou tard - par des réalités...
Ce docteur, en avance d'un siècle au moins sur son époque, ne tari pas d'éloges sur le costume féminin. Et je crois, fichtre, qu'il a raison nos soeurs respirent mieux que nous, elles n'enfouissent pas leurs bras, ni leurs jambes, ni leur gorge dans des tissus épais, elles reçoivent très intelligemment le maximum de radiations solaires... Ce maximum est même franchi, en été, sur les plages, mais passons...
Il est donc scientifiquement établi que le vêtement hygiénique est le vêtement fin, aéré, transparent, décolleté.
- A bas les faux-cols ! ajoute le docteur Morhardt, s'adressant surtout aux hypertendus qui risquent chaque soir une hémorragie cérébrale... Et si vous m'en croyez, messieurs, utilisez les fards afin d'éviter les vieillissements précoces...
Très bien. Je constate avec plaisir que l'homme est appelé à s'orienter vers la dentelle, la chaussette ajourée, la poitrine au vent, pendant que la femme, de plus en plus, manifestera son goût pour le feutre à large bord, les gilets, les cravates, les bottes à l'écuyère... Laissons le temps faire son ouvrage, mais un jour - ne me demandez pas de date précise, je vous en prie un jour - les deux tendances se rejoindront : la logique exigera alors que les couturiers sortent de leurs ateliers le complet convenant aux deux sexes, le costume léger et ouvert, combinaison idéale issue de la robe et du pantalon, du veston et du corsage!...
Cette solution est conforme, après tout, aux suggestions élastiques du docteur Morhardt... Et elle implique, au surplus, une économie appréciable dans les budgets familiaux, l'habit étant endossé par Monsieur dès que Madame est de retour à la maison...
- Mais qui portera la culotte ? interroge le vieux légiste imbu des préjugés du Code Napoléon...
- La question ne se pose pas, Monsieur le vêtement unique, en égalisant les sexes, supprime le problème de l'autorité conjugale...


Le Petit Grégoire, chronique « Sourires », in L'Ouest Eclair, n° 9873, 7 novembre 1928

A lire sur ArchéoSF: La mode en l'an 2000 (1898)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire