jeudi 11 décembre 2014

Le Petit Grégoire, Mais que deviendra le Kid? biographie anticipée (1934)

Un petit texte paru en 1934 dans la rubrique "Sourires" à la Une de L'Ouest-Eclair imagine que le Kid du film du même nom de et avec Charlie Chaplin a vécu sa vie à l'envers, à l'instar de ce qui se passe dans L'Horloge des siècles d'Albert Robida.

SOURIRES

Mettre la charrue devant les boeufs, commencer par où l'on devrait finir, constitue un exercice acrobatique peu en vogue chez les Français : n'empêche qu'il est très américain...
En douteriez-vous en lisant la vie de Jackie Coogan ? Cette vie est une marche à rebours qui inflige un solennel démenti à tous les professeurs d'expérience et de sagesse... Elle n'est pas encore écrite, je sais... Mais je peux vous en tracer les grandes lignes :
«En 1919, cinq lustres brillant sur sa jolie tête, Jackie avait déjà conquis une gloire mondiale réservée d'ordinaire aux vieillards éminents... Entre deux parties de bille, il tournait les chefs-d'oeuvre de l'écran, lesquels tournaient ensuite tous les cervelets de la planète... On l'appelait l'enfant prodige en réalité, il était le vieux « prégosse », c'est-à-dire le mortel qui a été quinquagénaire avant d'être gamin.
« En 1924, l'artiste couvert de lauriers et de dollars prenait une retraite bien gagnée. A l'âge de dix ans, on aspire non à la pompe mais au repos - cela se conçoit - quand on a porté la perruque des jeunes premiers d'Hollywood et abîmé ses prunelles aux feux pleins d'artifices des sunlights...
« En 1935, ayant décroché sa majorité à la manière d'un président du Conseil luttant contre les coups du destin, le petit père conscrit obtenait la démission de son conseil judiciaire... Tout comme un barbon séquestré en raison de ses folles dépenses.
« En 1955, Coogan songea - il n'est jamais trop tard pour bien faire - à acheter un peu d'instruction... Il en avait les moyens... On le vit, quadragénaire studieux, briller dans la lecture et l'écriture. Vers 1960, il passait son certificat d'études américaines.
« Enfin, en 1985, il atteignait l'enfance, cette enfance joyeuse et sans soucis qui laisse de si beaux souvenirs chez les hommes... »
Ainsi se termina l'aventure fantastique du « Kid » qui descendit le chemin de l'existence au lieu de le monter...
Plus tard, les enfants d'Amérique étudieront, non sans ébahissement, cette course d'une lumineuse écrevisse dans le livre que prépare un érudit californien et qui aura pour titre « De viria illustribus urbis... Hollywoodis ».


Le Petit Grégoire, « Sourires », L'Ouest Eclair, n° 13873, 31 octobre 1934.

Notes:
Il y a des coïncidences étonnantes entre la vraie vie de Jackie Coogan et cette biographie fictive:
En 1935, il a 21 ans, il gagne un procès lui permettant de récupérer une partie des droits dont il avait été spolié par sa mère et son beau-père.
Dans les années 1960, il ne s'instruit pas mais joue dans la série La Famille Adams (il incarne l'oncle Fester).
Il n'atteint pas tout à fait l'enfance en 1985 car il meurt d'une crise cardiaque en 1984.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire