jeudi 17 décembre 2015

Pierre Mac Orlan, La tenue militaire de l'avenir (1922)

La guerre future est un thème récurrent de l'anticipation ancienne. Elle se glisse parfois dans les publications qui semblent les moins portées sur la question comme ce périodique de l'élégance masculine datant des années 1920: Monsieur : revue des élégances, des bonnes manières et de tout ce qui intéresse Monsieur. Voici un extrait d'un article de Pierre Mac Orlan consacré à l'élégance militaire. Dans la conclusion Mac Orlan s'interroge sur la guerre de l'avenir et la tenue nécessaire pour y faire face. L'illustration qui accompagne l'article est de Guy Arnoux.

Quelle sera la guerre de l’avenir ? Une guerre de chimistes. Les officiers et les soldats seront vêtus de caoutchouc à moins qu'on ne trouve un produit permettant d'imperméabiliser la peau.
Leur havresac renfermera une pharmacie, un arsenal de fioles défensives contenant les produits et les sérums nécessaires à réagir contre les effets de l'attaque ennemie.
Cette guerre [celle de 1914-1918] fut la dernière guerre faite avec les anciens moyens : armes d'hast, armes à feu. La prochaine sera la guerre de l'électricité, des gaz, des bouillons de culture.
Trouver un uniforme muni d'isolateurs et permettant de lutter contre la tuberculose te les pestes rapides doit être la constante préoccupations des tailleurs militaires.
A cette époque on pourra d'ailleurs revenir aux grades apparents, ce sera une compensation, mettons une compensation.
Le seul progrès réalisé par l'humanité depuis des siècles c'est de rendre la mort violente de plus en plus atroce et de moins en moins décorative. Mais c'est, dans le sens que l'on voudra, un progrès et nous ne serions pas des hommes du vingtième siècle si nous n'éprouvions pour un tel résultat, une pointe d'orgueil, si l'on veut légitime, mais indiscutablement saugrenu.

Pierre Mac Orlan, conclusion de l'article « De la tenue des officiers et des soldats en temps de guerre et en temps de paix », in Monsieur : revue des élégances, des bonnes manières et de tout ce qui intéresse Monsieur , n° 1, janvier 1922, illustration de Guy Arnoux


A lire sur Archéosf:

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire