mercredi 22 juin 2016

Jules Verne glorifié en Alsace (1936)

En janvier 1936 le mensuel La Vie en Alsace donnait le résultat d'un concours pour la jeunesse autour de l’œuvre Jules Verne :



Autour d'un concours pour la jeunesse

Jules Verne, glorifié en Alsace


Jules Verne, ce prestigieux conteur qui charma notre imagination d'enfant, Jules Verne, l'écrivain du fantastique, l'anticipateur, le « prophète » du siècle passé, vient d être dignement glorifié en Alsace à l'occasion de son anniversaire le 8 février dernier. Hommage exceptionnel et touchant que cette manifestation organisée par Radio-Strasbourg, à la mémoire du célèbre auteur du « Tour du Monde en quatre-vingts jours ». La grande station alsacienne, non seulement avait tenu à commémorer l'anniversaire du maître du roman scientifique par une émission Jules Verne, illustrée fort à propos d'interviews de personnalités du monde savant, mais elle avait surtout rattaché à cette manifestation radiophonique un grand concours réservé à ses jeunes auditeurs. Nombreux furent les appelés et nombreux aussi furent les élus de la gent enfantine et studieuse qui traitèrent le sujet proposé à leur jeune imagination :

1° Vous avez lu des ouvrages de Jules Verne. Dites pourquoi ils vous ont intéressé et montrez aussi comment Jules Verne a prévu longtemps à l'avance de nombreuses inventions aujourd'hui réalisées.
2° « Si vous le voulez, ajoutez une petite description de l'existence en l'an 2000 telle que votre fantaisie l'imagine aujourd'hui. » 

 
Ayant eu le plaisir de collaborer aux travaux du Comité d'organisation et de participer aux opérations du Jury j'ai pu, des flots de papier — et parfois d'éloquence — proposés à mon humble appréciation, tirer quelques considérations réconfortantes. Un fait réjouissant tout d'abord : Jules Verne figure toujours en bonne place dans les bibliothèques enfantines et notre jeunesse se passionne encore pour les aventures de ces savants fantasques, de ces hardis explorateurs qui s'appellent Fergusson, Hatteras, Clenarvan, Paganel, Arronax, capitaine Nemo, Philéas Fogg, etc. Avouons franchement que ces aventures sont autrement intéressantes, infiniment plus saines et mieux présentées que ces exploits policiers, ces histoires de gangsters qui forment les principaux sujets de toute une littérature moderne et spéciale offerte à la jeunesse.
Tous les jeunes concurrents nous ont dit le plaisir qu'ils avaient pris à suivre les héros de Jules Verne, dans leurs courses folles à travers le monde, dans des pérégrinations où la fantaisie s'allie à la vérité, dans des féeries scientifiques riches de détails inattendus et originaux, pleines d'enseignements de toutes sortes, d'anticipations géniales aujourd'hui réalisées. Jules Verne est et restera longtemps encore le conteur de la jeunesse.



Mais ce qui m'a surtout diverti dans la lecture de ces compositions ce fut le développement du deuxième point du sujet : La vie en l'an 2.000 «visionnée» par la fantaisie de nos Jules Verne en herbe. Que d'effarantes prédictions ! que d'étonnantes trouvailles peuvent germer dans le cerveau de nos moins de quinze ans. Ah ! elle sera si belle la vie au XXIe siècle, vue par anticipation, à travers le prisme de ces jeunes imaginations, que l'on est presque tenté de plaindre ceux qui seront encore de ce monde en l'an 2.000! La Science et la Mécanique auront vaincu le Temps, l'Espace et l'Effort, constatent la plupart des concurrents. Les écoliers suivront leurs cours par télévision; ils auront des machines à faire les devoirs et à réciter les leçons; ils iront passer leurs vacances au pôle nord, à moins que ce ne soit sur Mars ou sur la Lune ; dans ce dernier cas ils emprunteront pour leur voyage interplanétaire la fusée astrale... Pas plus compliqué que ça !
Tous nos jeunes anticipateurs, avec un ensemble vraiment étonnant, prédisent la pilule alimentaire, qui évitera aux ménagères les soucis de la cuisine et délivrera les enfants de la traditionnelle bouillie. Notons pourtant que quelques petits gourmands n'admettent pas que l'on puisse jamais remplacer par des comprimés les bons gâteaux et le délicieux chocolat. Ce jour là il y aurait révolution chez les gosses !
Un candidat de Strasbourg, très sérieusement, nous annonce la « motorisation des piétons» (sic).
On n'ira plus faire le plein au « bistro du coin » mais à la pompe à essence... Quant aux automobiles elles seront équipées de dispositifs répulseurs magnétiques qui éviteront toutes les collisions, même avec les piétons motorisés ! On ne pourra plus écraser que les chiens... s'il en reste encore en l'an 2000. En cette époque de Progrès à outrance les hommes, plus heureux qu'Icare, pourront voler par leurs propres moyens, à l'aide d'ailes fixées aux bras; cela ne signifie pourtant pas qu'ils seront des anges, précise un concurrent spirituel.
Cet autre garçonnet de 12 ans qui a déjà des opinions bien arrêtées quant au personnel domestique, se réjouit de se voir servi en l'an 2.000 par des automates, propres, obéissants, discrets qui auront toutes les vertus que nous réclamions vainement de nos serviteurs. « Oui, Monsieur, un automate qui ne regardera pas par le trou de la serrure, comme notre Philomène...» Un amateur de romans policiers nous assure que les savants auront trouvé, avant 60 ans, le liquide qui rendra les hommes invisibles et alors, conclut-il avec une certaine philosophie désabusée, « tout le monde sera voleur...»
Un autre concurrent est absolument convaincu, qu'avant la fin du siècle les physiciens découvriront le moyen « de faire à volonté la pluie et le beau temps ». Le pôle Sud (pourquoi le pôle Sud, plutôt que le pôle Nord ?), fertilisé, climatisé, sera habité, mais revers de la médaille, constate avec quelque regret ce jeune républicain il « sera en état de dictature...»
Une petite fille est toute heureuse de nous affirmer qu'en l'an de grâce 2000 elle ne sera ni vieille, ni ridée, car les chimistes auront découvert l'eau de Jouvence qui lui épargnera «des ans l'irréparable outrage. » Coquetterie, éternel souci de l'éternel féminin ! 



 
Et je pourrais citer ainsi des centaines et des centaines de prédictions folles ou vraisemblables, cocasses ou originales de tout un petit monde en ébullition. Mais comment en face de toutes ces prophéties révolutionnaires ne pas reproduire cette conclusion pleine de sagesse : «Nous les jeunes d'aujourd'hui qui serons les vieux de l'an 2.000 peut-être regretterons-nous le bon vieux temps de 1936 ! » ou cette autre encore : « Et pourtant, qui sait si je ne me trompe pas. Peut-être, qu'à cette époque, le monde sera si dégoûté de la mécanique, qu'il redeviendra plus sage et retournera à la vie simple de nos ancêtres. -Peut-être nos descendants se plairont-ils à vivre dans des maisonnettes rustiques, entourés de leurs champs, heureux d'aller à pied ou à cheval, détestant les engins mécaniques. Ce ne serait plus des Jules Verne qu'il faudrait alors, mais des trouvères, des troubadours qui viendraient leur chanter les exploits du vieux temps ou un autre Homère qui irait de maison en maison, conter de vieilles, vieilles histoires »
Comme on a pu s'en rendre compte par cet aperçu succinct le Concours Jules Verne de Radio-Strasbourg a fait couler beaucoup d'encre. C'est un beau succès pour notre station alsacienne et il y a lieu de se féliciter de cet hommage rendu par la jeunesse scolaire à la mémoire du célèbre conteur, de cet écrivain sympathique dont Hector Malot pouvait dire : « C'est un des meilleurs de nous tous : franc comme l'or ! ».

Géo MARCHAL.

N. B. — Un jury de 25 personnalités de Strasbourg, appartenant à l'Université, à la Presse, au Commerce, à l'Industrie, a procédé à l'examen des compositions et au classement des concurrents. Ce classement, fort difficile à établir en raison du grand nombre des concurrents — il y en avait de toute la France, des Colonies et de l'étranger — a donné les résultats suivants :
Catégorie 1 (8 à Il ans): François Grolleron, Colmar.
Catégorie II (11 à 13 ans): Norbert Luttenschlager, Strasbourg
Catégorie III (13 à 15 ans) : Lucie Mangin, Metz.
Comme on le voit les concurrents Alsaciens et Lorrains ont bien défendu leurs chances.

In La Vie en Alsace : revue mensuelle illustrée, janvier 1936

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire