jeudi 8 décembre 2016

Prophétie : Napoléon reviendra dans 2000 ans ! (1928)



PROPHÉTIE

Napoléon reviendra dans 2000 ans !

Pour une nouvelle sensationnelle, c'en est une, mais qui ne se vérifiera pas demain. Un correspondant à Venise d'un journal américain vient de télégraphier à celui-ci qu'il a appris, de la meilleure source, que Napoléon Ier réapparaîtra dans deux mille ans pour conquérir les territoires du pôle Nord. Il précise que ces territoires appartiendront à l'Industrie américaine qui décidément ne se refusera rien.
Ce correspondant bien informé ne cacha pas sa source d'information, il est en relations avec un médium vénitien, le professeur Luigi Belletti, et c'est ce professeur loquace qui lui a révélé, en quelques mots précis, cet avenir lointain.
Nous ne connaissons pas le professeur Luigi Belletti, mais nous avons aussi nos relations parmi les princes de l'occultisme, et l'un de ceux-ci à qui nous disions notre scepticisme sur le retour de Napoléon sur la terre, nous a déclaré :
« Homme de peu de foi, vous êtes incorrigible. Comment pouvez-vous douter de la véracité des affirmations de l'éminent professeur ? Mais le retour de Napoléon n'est pas douteux et à brève échéance...
« A brève échéance ? Deux mille ans, c'est pourtant...
« Deux mille ans ce n'est rien dans l'éternité. Napoléon a affaire ailleurs...
« ” Mais où peut-il bien être ?
Notre interlocuteur nous regarda bien dans les yeux :
«  Etes-yous capable de garder pour vous mes confidences ?
« Certes !
« Eh hien ! Napoléon fait dans Mars ses grandes manoeuvres en vue de la conquête du pôle Nord. Mars est en grande partie, vous ne l'ignorez pas, envahie par la glace. Napoléon étudie la situation et si, depuis quelque temps l'attention des Terriens est si fort attirée par les Martiens, c'est parce qu'ils y a, grâce à Napoléon, des rapports de pensées entre eux. »
Nous quittâmes notre médium en pensant qu'on a toujours tort si l'on veut être initié aux vérités supérieures, d'être un homme de peu de foi.


Anonyme, in La Presse, n° 3487, 24 août 1924

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire