lundi 24 octobre 2011

Galaxies Science - fiction n° 14 (nouvelle série)

Le 14ème numéro de Galaxies Science-fiction sera très prochainement disponible.
 

L'éditorial:

Il faut bien le dire, Ugo Bellagamba est quelqu’un de particulièrement agaçant. Non seulement c’est un garçon charmant, un universitaire de haut niveau, mais encore il écrit, plutôt bien, des choses qui vous captivent ; avec le même bonheur, il se livre à l’art de l’essai ou de de la biographie, il organise fort bien des conventions de science-fiction dans des pays où il ne pleut pas, et en plus, avec son profil de Condotierre, il a de la classe. Bref, le jour de son baptême, on a pensé à inviter toutes les fées, et du coup, aucune n’est venue le condamner à se piquer le doigt à la pointe d’un fuseau… Richard Comballot, qui s’est chargé de construire le dossier de ce numéro 14, a eu beau le cuisiner de toutes les manières, il n’a rien pu trouver contre lui ! Et ceci en dépit du fait que, selon les propres dires de l’intéressé, il l’a « épuisé » par la vigueur de son
exploration du personnage.
Bref, entre ici, Ugo, dans les pages de Galaxies, où nous sommes heureux de t’accueillir, et où les lecteurs qui ne connaîtraient pas encore ton œuvre, s’il en est, vont connaître le bonheur de te découvrir, de te lire sur les deux registres de la fiction, avec la novella au titre énigmatique (Journal d'un poliorcète repenti ) que tu as écrite spécialement pour les lecteurs de Galaxies, et la conférence que tu as prononcée à Genève en début d’année, y évoquant utopie et uchronie. Nul doute que tout cela mettra en appétit !
Ce dossier Bellagamba répond au premier objectif de Galaxies, qui est de donner un espace aux auteurs français de science-fiction. C’est aussi la raison pour laquelle galaxies publie systématiquement, désormais, la nouvelle lauréate du Prix Alain le Bussy (ex Prix Infini). Cette année, plus de cinquante textes avaient été proposés, parmi lesquels celui d’Eric Nieudan : Les octets de ma vie, s’est détaché assez nettement. Cette nouvelle a retenu l’attention du jury par son thème, que je vous laisse découvrir, mais aussi par son style, et par son écriture résolument inscrite dans la modernité post-geek.
Cinquante textes, cela veut dire que l’écriture de nouvelles se porte bien, qu’il y a en ce moment, en francophonie, des auteurs, certains très jeunes, d’autres moins, avides de s’exprimer, d’écrire. Le concours Galaxies-Ministère de la Défense, quasiment simultané, a
pour sa part suscité près de soixante contributions. Et beaucoup de ces textes sont intéressants, beaucoup mériteraient d’être publiés, parfois après un travail d’édition, et cela nous encourage à continuer l’organisation de tels concours. Vous trouverez d’ailleurs en page 190 l’avis de lancement du Prix le Bussy 2012.
Le second texte, de facture plus classique, est une nouvelle de l’auteur anglo-saxon Tom Barlow. Lune de miel à la Porte du Paradis est un récit très écrit, au style impeccable (et bravo pour la traduction de Jean-Michel Calvez), mais aussi très prenant, car plongeant au profond des inquiétudes d’une société qui voit indéfiniment, semble-t-il, s‘allonger les espérances de vie. Enfin, Points de Rupture, de Jean-Pierre Fontana – qui présente cette particularité de connaître sa première publication française après avoir été traduite et publiée en Italie – offre, pour sortir de la crise une solution plutôt dystopique !
Que ce soit d’ailleurs l’occasion de saluer cet écrivain, fondateur des conventions françaises de science-fiction, directeur de revues, qui vient simultanément de rendre la vie, sous forme électronique (pdf) à Mercury, après 44 ans d’absence, et de revenir pleinement à la direction de Lunatique, avec Jean-Pierre Andrevon, aux éditions Eons.
Si la vocation de Galaxies est d’offrir un espace aux auteurs francophones, elle est aussi de montrer le caractère transversal et universel de la science-fiction. Après être allés la chercher en Amérique latine, en Russie, dans les pays nordiques, nous entamons cette fois une exploration de la très active et très foisonnante science-fiction indienne, avec la première d’une série de lettres de l’Inde dans laquelle d’ailleurs on verra bien qu’il ne serait pas sot de continuer à parler « des Indes ».
Laurent Queyssi continue son exploration des nouvelles fondatrices, en consacrant cette fois sa rubrique à Greg Egan (Le coffre-fort), Philippe Ethuin exhume La planète des cocus, du très oublié André Héléna, et Denis Labbé nous permet de découvrir, avec l’œuvre de Gossuin de Metz, la préhistoire de la science-fiction. Enfin, vous retrouverez les indispensables notes de lecture rassemblées par Laurianne Gourrier et Alain Dartevelle, ce dernier pour la BD.

Bonne lecture !
Pierre Gévart
27 septembre 2011

Le sommaire :

Nouvelles
Les octets de ma vie d'Eric Nieudan
Lune de miel à la Porte du Paradis de Tom Barlow
Points de rupture de Jean-Pierre Fontana

Dossier : Ugo Bellagamba
L’un des meilleurs par Richard Comballot
Entretien avec Ugo Bellagamba par Richard Comballot
Bibliographie par Richard Comballot
En remontant l’horloge parfaite de l’Utopie par Ugo Bellagamba
Journal d'un poliorcète repenti de Ugo Bellagamba

Rubriques
Daniel Dociu
Eclats No 5 : Greg Egan par Laurent Queyssi
Une lettre de l’Inde par Arvind Mishra
Le Bouquineur : la planète des cocus par Philippe Ethuin
Autres mondes : Gossouin de Metz par Denis Labbé
Le Feuilleton d’Hugo van Gaert
Notes de lecture par Laurianne Gourrier
(S)Trips par Alain Dartevelle
Flash Infini

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire