jeudi 1 septembre 2011

Adolphe Lair, La vie et la mort : synthèse des principales découvertes modernes: Chapitre L'AVENIR

Adolphe Lair (voir sa biographie sur le site Textesrares.com) propose à la fin de son ouvrage La Vie et la mort (1898) une courte anticipation dans laquelle il promet à l'homme la conquête de l'univers.



"L'avenir" (extrait)

L'homme de nos races vit, occupe, assainit, peuple le globe. Il fait mieux : maitre de la pesanteur, il se décide après essais réitérés sur le satellite, à franchir en aéronef hermétiquement étanche, la distance qui te sépare de Mars? Nous admettons qu'a cette époque, il aura tout trouvé. Une forte pile, une machine à influence de quelques chevaux lui suffira. Il emportera sa provision d'air solidifié, il saura renouveler son oxygène et son azote, expulser l'air vicié. Déjà nous comprenons que dans la mer magnétique du vide interplanétaire, la résistance soit nulle et la vitesse de travail mécanique énorme? Travail pouvant développer une force de KO.000 kilogrammètres par cheval-vapeur à la seconde, et se chiffrer par 700 kilomètres franchis à la minute, hors des zones d'attraction? Il atteint Mars, Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune même. Il évite les fils moléculaires des courants comburants d'attraction directe, il calcule la force attractive, électro-magnétique du soleil pour maintenir en réserve une force constamment supérieure, ou il utilise les répulsions, pour électriser sa coque, positivement le jour, négativement la nuit, il accoste la planète dans ses océans. Le trafic interplanétaire est devenu celui de nos paquebots. L'aéronef en a les dimensions, sinon le poids: elle manoeuvre comme une gymnote militaire, ou une torpille marchande, dans l'océan fluide ; elle illumine à volonté l'espace comme une comète, on suit sa route, on reconnaît ses feux. Les accidents sont rares, puis nuls. Prévoyons-les? Que devient l'âme? Les anciens fils d'attache électrique animale sont détruits, le nouveau fil est pur, il est lumière, elle est divine. L'âme revient-elle en terre pour renaître aussitôt? Ou descend-elle dans la planète où l'accident s'est produit? Premier mystère.

L'expansion continue néanmoins, car toutes les planètes sont désertes, livrées à l'animal, soyons-en sûrs. Les phénomènes évolutifs de la terre: Peuples chasseurs, pasteurs, nomades, règne delà bête et de la force, asiatiques et romaines, christianisme, évolution scientifique, libératrice, progressive, règne du coeur humain, vie éternelle, sont de ceux qui indiquent l'éternité des routes de l'homme et ne se reproduisent pas ailleurs. Les moindres planètes se peuplent, l'univers, est conquis, nos races se fixent éternellement, le soleil suit son chemin dans l'infini néant. Considérablement allégé par les atmosphères oxygénées des mondes, qui diminuent de plus en plus les résistances à la traction, il accélère d'autant sa marche, qu'il a plus de matière première à engloutir et à élaborer, plus d'électricité et d'électro-magnétisme à fournir aux planètes. L'équilibre est alors fait, et son offre ouvrière n'est plus comme aujourd'hui supérieure à la demande patronale.
Nos races d'Europe augmentent toujours dans l'univers, que va-t-il se passer? S'exterminera-t-on pour vivre entre frères de môme lumière? Non, sans doute. L'homme aura-t-il le moyen d'agglomérer toute une région d'étoiles et de les rendre incandescentes? Le temps d'attendre plusieurs milliers d'années la formation de mondes nouveaux ? L'imprudence d'affaiblir cette cuirasse stellaire qui protège son immense navire contre l'infini traversé? Non plus, sans doute. En ces âges lointains, les astronomes de Mars, de Jupiter, d'Uranus, de Neptune, auront-ils découvert d'autres planètes toujours plus loin ? Second mystère.

Deux traces de lumière obscurcie, aboutissant également au mystère, nous feraient volontiers pencher pour l'affirmative ; 1° Le soleil peut entraîner dans sa course, non-seulement un système comme le nôtre, mais des systèmes analogues à perte de raisonnement. A toute distance, les diamètres conjugués de son ellipse géométrique fictive, et de l'ellipse réelle d'un corps planétaire ou solaire, gravitant quelconque, forment entre eux un angle de 90°. L'angle de propulsion maxima de l'hélice d'un système solaire est également un angle de 90°. Enfin le soleil est la source électrique des courants verticaux ascensionnels et descensionnels qui déterminent la trombe universelle dans laquelle nous vivons mortellement, le cyclone qui nous emporte dans l'éternité, et, par conséquent, les abîmes de l'inférieur passé, peuvent renfermer des millions de mondes gravitant sous nos pieds. 2° Il est rare qu'une croyance aussi généralisée que celle qui, sur les dires du monde scientifique, fait des astres les plus éloignés, autant de soleils et autant de systèmes semblables au nôtre, ne repose pas sur une donnée véritable de l'esprit humain. A celle différence que l'imagination inséparable des croyances sans rapprochements synthétiques préalables des harmonies d'ensemble, mettrait le soleil à la remorque et la charrue devant les boeufs, D'après nos recherches sur les réactions de grand cercle astronomique, qui troubleraient l'équilibre mécanique du globe, et d'après nos calculs, les astres seraient simplement des cosmolithes ou des pierres d'aimant illuminées par l'électro-magnétisme du soleil, irradiées par leur translation rapide. Mais d'après nos hypothèses, établies sur la raison d'être des choses et sur la vérité latente des croyances générales, il se pourrait que les mondes et les systèmes des savants, fussent sous nos pieds, au Sud Sud-Est cosmogonique.
Il est en tout cas, pour ainsi dire certain, que la longue marche du soleil au Nord-Est, avant que l'Amérique n'eût établi l'équilibre sur son disque, est attribuable à une attraction vers l'Orient. Ces mondes antérieurs sont-ils déserts ou habités? Troisième mystère.  


Ce billet est publié dans le cadre du challenge Summer Star Wars lancé par Lhisbei.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire