ISSN

ISSN 2496-9346

mercredi 29 janvier 2020

D'Antin, Notes parisiennes (1909)

L'aéroplane a été un puissant moteur de l'imaginaire (si on nous permet ce mauvais jeu de mot). D'Antin, dans La Liberté daté du 18 septembre 1909, imagine dans l'une de ses chroniques "Notes parisiennes" un avenir dans lequel les aéroplanes sont devenus les moyens de transport privilégiés.



Notes Parisiennes 


Santos-Dumont vient de se faire enlever par une Demoiselle : ce diable de petit homme a tous les succès.
Il est allé rendre visite en aéroplane à son ami Maurice Guffroy, lequel lui a demandé en riant :
– Vous êtes venu avec votre « dame » ?
– Non, avec ma Demoiselle !
Et c'est une jolie fille, ma foi, souple, fine, gracieuse, avec laquelle l'homme le plus terre à terre est obligé de s'élever au-dessus des vulgarités de l'existence.
Ainsi, pour la première fois, un aviateur est allé voir, en aéroplane, un de ses amis. L'aviation cessera bientôt d'appartenir exclusivement à la rubrique sportive pour faire des incursions dans les mondanités.
Quoi de plus pratique, en effet, que l'aéroplane pour aller dans le monde ? Plus de stationnements aux carrefours encombrés : le monsieur aux sacs de bonbons, la bonne vieille dame aux jouets, le vieux beau armé d'un bouquet, tous et toutes entreront par la fenêtre, — de sorte que pour conserver leur réputation les salons très fermés devront s'aérer par les portes, désormais inutiles. Les gens très riches et très prétentieux se serviront d'aérolimousines aux ailes immenses ; les vieux garçons resteront fidèles à la légère Demoiselle que créa Santos-Dumont comme Jehovah créa la femme. Les parents pauvres de province se contenteront d'un aérolocati et les poètes invités dans les salons littéraires arriveront dans de simples aérotaxis, qui, munis d'un moteur ataxique, les trimballeront dans les airs avec une lenteur désespérante.
A la porte, je veux dire à la fenêtre, à moins qu'ils ne grimpent sur les toits, les domestiques héleront les aéroplanes des invités :
— L'aéro du comte des Vieilles-Haudriettes !
— L'avion du baron Croche !
Et quand un de ces véhicules tardent trop à venir, son propriétaire dira au conducteur distrait :
– Où étiez-vous donc ? Dans les nuages ?

D’Antin, « Notes parisiennes », in La Liberté, n° 15823, 18 septembre 1909. 

Source de l'illustration: Gallica

Aucun commentaire:

Publier un commentaire