mercredi 8 juin 2011

Allô! Allô! la planète Mars! par Rodolphe Bringer

Rodolphe Bringer (1871-1943) a laissé une oeuvre imposante dans le domaine de l'humour, du roman policier et du roman pour la jeunesse. Il est aussi connu pour avoir été l'une des premières plumes du Canard Enchaîné en 1916. Dans le petit texte qui suit, l'humoriste nous entretient d'une communication venue de Mars à l'occasion du rapprochement (ce que les scientifiques appellent les oppositions) du 22 août 1924 entre la planète rouge et la Terre (distance minimale:  55,777 millions de kilomètres et non 58 millions comme l'écrit Bringer, le 28 août 2003, Mars s'est rapprochée à 55,758 de kilomètres et il faudra attendre le 27 juillet 2018 pour qu'elle soit à nouveau sous les 60 millions de kilomètres, 57,790 pour être exact).





Nous avons pu enfin esquisser des relations qu'on suppose cordiales avec la planète Mars.

C'est le grand événement de la semaine ! Comme vous le savez, cette excellente planète, chère au coeur de M. Flammarion, se trouvait tout près de nous ces jours-ci à peine cinquante-huit millions de kilomètres, ce qui est, en somme, peu de choses en ce temps de vitesse automobile et aviateuse.
Comme de juste, les Marsiens ont profite de ce rapprochement pour se mettre en communication avec nous, grâce à la téléphonie sans fil. Car, vous supposez bien qu'il y a beaux jours que les Marsiens connaissent ce mode de transmission.
Un poste américain, dans la nuit du 25 août, a donc pu enregistrer une communication qui ne pouvait provenir que de Mars.
Par trois ou quatre fois, il a entendu, de ses propres oreilles entendu, ce qu'on appelle entendu, ce mot, ce seul mot, il est vrai : Zopp !
Zopp ?
Qu'est-ce que cela voulait bien dire ?... On a recherche les polyglottes les plus distingués, notamment notre bon confrère Dekobra, qui parle tous les dialectes connus et même quelques-uns que l'on ignore et on lui a demandé ce que pouvait bien signifier ce terme de Zopp ! Hélas ! notre bon confrère Dekobra est resté coi ! Zopp ne lui disait rien, et il est probable due nous ne saurons jamais ce que les Marsiens ont voulu nous dire...
Il est vrai qu'en dernière heure, une dépêche américaine laisse entendre que le sanfiliste a peut-être mal entendu, ou que les Marsiens ont une mauvaise prononciation, et que le fameux mot pourrait bien être tout simplement : Zut !
Quoi qu'il en soit, la communication est commencée; elle reprendra dans cent ans, quand la planète sera de nouveau à notre portée et à cette époque, il faut l'espérer, nous aurons l'explication de cet angoissant mystère


Rodolphe Bringer, « Les Gaîtés de la Semaine, Allô! Allô! la planète Mars! » ,
Le Journal Amusant, n° 278 , 6 Septembre 1924

2 commentaires:

  1. "Nous avons pu enfin esquisser des relations qu'on suppose cordiales avec la planète Mars."

    La diplomatie progresse :)

    RépondreSupprimer