mardi 26 juillet 2011

La réforme politique de 1950 par Brévannes (1874)














Le mois dernier est parue l'anthologie En 1950 aux éditions e-styx. Quatre textes, quatre visions d'un futur antérieur qui n'a pas eu lieu. Dans le registre humoristique, Brévannes proposait en 1874 dans Le Tintamarre, une réforme politique pour cette même année 1950.









La Réforme politique de 1950 
par Brévannes (1874)




Première publication: Le Tintamarre, hebdomadaire satirique et financier, Dimanche 14 juin 1874, p. 4

Illustration Daumier, « Le ventre législatif » in L'Association mensuelle, 1834





DIVAGATIONS D'ÉTÉ

Avouez que nous sommes en ce moment, au Tintamarre, les plus heureux des journalistes, et que notre journal est le seul journal qui se puisse lire sans attaques de nerfs.
Vaut-il pas mieux, dites-moi, agiter un grelot aux joyeux tintements, et non une sonnette aux lugubres accents, pour appeler l'attention de ses concitoyens et leur ' prêcher la conciliation? :

Venez donc à nous, hommes de bonne foi et de bonne volonté; nous ne quitterons pas notre terrain, dans lequel le rire fleurit et où la politique ne salirait pousser, la poison qu'elle est !
Et dire que si nous planons ainsi dans de sereines régions, au-dessus, bien au-dessus des passions humaines et des folies des grands, nous, le devons à la paternelle malveillance de ceux qui régissent la presse.
Le gouvernement nobis hoec otia fecit.(1)
Béni soit-il, cent mille fois béni, de nous avoir dit, comme on dit aux enfants tapageurs et gâtés : Ne joue pas avec les allumettes, mon petit, tu te brûlerais; que je t'en voie une seule entre les mains, je t'assomme!
Grâce à cette douce défense, tandis que nos gros confrères suent et s'essoufflent, sont menacés de congestions et deviennent épileptiques, nous sommes, au contraire, frais, roses, reposés, souriants, appréciés des dames.
Voyez-vous que, nous laissant la bride sur le cou, on nous eût autorisés à parler des choses du jour, de ces débats parlementaires qui ont en Europe un si merveilleux retentissement et qui frappent tant de pauvres cervelles? (et l'on sait si c'est appétissant, une cervelle frappée, par ses temps de chaleur !)
Voyez-vous, dis-je, jusqu'où nous serions allés?
Supposez que, voulant donner notre avis sur le renouvellement de la Chambre, nous nous soyons exprimés de la sorte : il est permis de croire que,dans un temps donné et limité par la Providence, les honorables membres qui composent en ce moment l'Assemblée devront faire place à d'autres: leur mandat expirera nécessairement, croyons-nous, le jour de leur mort.
Que si, partant de ce principe à peu près irréfutable, nous songeons aux élections futures, en politiques prévoyants, nous nous permettrons de soumettre aux méditations des arbitres futurs de nos futures destinées le règlement qui suit :

ARTICLE 1er.

A partir de l'an 1950, époque probable du renouvellement par extinction, tout candidat sera tenu de réciter devant ses électeurs, dans toutes les réunions publiques, L'Eloge de la Folie, du nommé Erasme.


ARTICLE 2.

Au commencement de chaque séance publique, il sera remis à chaque élu un poignard et un revolver à six coups.
A la moindre interruption, le président rangera l'Assemblée en deux camps et commandera le feu. On ne ramassera pas les blessés.

ARTICLE 3.

Il sera procédé chaque dimanche au remplacement des victimes du devoir et de l'art oratoire.
La présente loi sera maintenue jusqu'à entente parfaite des représentants de la nation.
Des notaires et des aumôniers parlementaires seront attachés à l'établissement pour recevoir les dernières volontés des mourants.

ARTICLE 4.

Tout représentant qui n'aura pas injurié ses confrères ou ne leur aura pas craché à la figure trois fois au moins par séance, sera déclaré indigne et radié du tableau des législateurs souverains.

ARTICLE 5.

Des femmes de la Halle feront chaque semaine un cours public aux aspirants candidats.


ARTICLE 6, etc., etc.

Arrêtons-nous ici.

On serait capable, si nous allions plus loin, d'incriminer ce malheureux projet de loi, dont nous ne réclamons la prise en considération que pour le siècle prochain.
Mais on peut juger par cet aperçu badin des écarts de plume auxquels pourrait nous entraîner la violence de notre tempérament.
Si nous versions, comme tous les journaux à pose, dans l'ornière où se traînent les chars des Etats, que resterait-il à la France?


BRÉVANNES.


(1) "qui nous a fait ces loisirs". La citation exacte est  extraite des Bucoliques de Virgile: "O Meliboee, deus nobis haec otia fecit". ("O Mélibée, c’est un dieu qui nous a fait ces loisirs")

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire