ISSN

ISSN 2496-9346

samedi 13 avril 2019

Enquêter sur un auteur oublié avec Gallica : l'exemple de Henri de Noussanne

Enquêter sur des auteurs oubliés est facilité par l'usage d'Internet. Certes, certaines informations non vérifiées sont parfois servilement recopiées d'un site à l'autre mais un examen des sources, notamment dans les bibliothèques numériques, permet de s'assurer de la véracité d'éléments ou au contraire de les infirmer. Nous avions présenté (et révélé l'identité réelle) de Paul Adornier.
Nous nous penchons maintenant sur le cas d'Herni de Noussanne (1). Trois aspects seront présentés : le premier sur l'état civil et la biographie de l'auteur, le second sur ses engagements littéraires et politiques, le troisième sur son oeuvre conjecturale avec la révélation d'un texte inconnu jusqu'à son recueil dans l'anthologie Une Autre histoire du monde. 2500 d'uchronies.
Wikipedia est la source la plus communément utilisée. Une page est consacrée à Henri de Noussanne sur l'encyclopédie collaborative. Nous prenons appui sur cette page afin d'apporter les compléments utiles.


I/ Etat civil :

 La ligne de présentation nous apprend:

Henri de Noussanne est un journaliste, écrivain et dramaturge français né le 8 mai 1865 à Limoges et mort le 13 avril 1936 à Senlis.
L'état civil est incomplet : Henri de Noussanne est un pseudonyme celui d'Henri Rossignol de Noussanne. Il lançait d'ailleurs avec humour ces mots selon l'encart nécrologique publié dans Les Nouvelles littéraires, artistiques et scientifiques : hebdomadaire d'information, de critique et de bibliographie (n° 705, 18 avril 1936) :




La page Wikipedia s'appuie sur la page data.bnf Henri de Noussanne pour ce qui concerne l'état civil. 
La lecture des nécrologies de l'époque permet de donner assurément sa date de naissance ainsi le lieu et la date de son décès.
La Croix annonce dans son édition du 14 avril 1936 la mort d'Henri de Noussanne dans la rubrique "Morts d'hier".




Cette notice nécrologique donne donc la date du 13 avril ainsi que le lieu Senlis (Oise).
La nécrologie parue dans La Revue des lectures animée par l'abbé Béthléem confirme ces indications:





Si Wikipedia ne propose pas de portrait d'Henri de Noussanne, on peut en trouver quelques-uns sur Gallica. La bibliothèque numérique de la Bibliothèque Nationale de France propose une photographie de l'agence Meurisse datée de 1909 et le représentant assis à son bureau du Gil Blas.




En décembre 1923, Le Journal reproduit une photographie d'Henri Noussanne à l'occasion de la publication de L'Histoire contemporaine par trois indépendants écrit en collaboration avec l'amiral Degouy et Emile de Saint-Auban.




II/ Les engagements d'Henri de Noussanne :


La notice de Wikipedia passe sous silence les engagements d'Henri de Noussanne. Ne pas les mentionner c'est perdre l'arrière-plan idéologique à partir duquel nous parle Henri de Noussanne.

Ecrivain catholique, il est vanté par l'équipe de l'abbé Béthléem.
En 1925, Le Manuel illustré de la littérature catholique en France de 1870 à nos jours (éditions SPES) fait l'éloge d'Henri de Noussanne (p. 41) :




Sa dernière œuvre publiée - qui est citée sur Wikipedia – porte le  titre La France missionnaire aux Antilles (Guadeloupe, Martinique, Trinidad) (il y raconte son voyage aux Antilles auprès de l'une de ses filles missionnaire dominicaine qui soigne les lépreux) et paraît en janvier 1936 juste avant sa mort.

Proche des milieux militaires, il écrit à la fois des charges anti-prussiennes et anti-allemandes dont l'une d'entre elles lui vaudra les foudres germaniques en étant interdite dans tout l'Empire (Le Véritable Guillaume II, 1903) (2) Parmi ses œuvres conjecturales, on trouve des guerres futures aux titres évocateurs comme La guerre anglo-franco-russe (1900) ou encore La revanche de la Chine (1900) (voir plus bas).


III/ L'oeuvre conjecturale :

Quelques mois après sa mort, le journal Les Nouvelles littéraires, artistiques et scientifiques (numéro cité plus haut) affirme que c'est la mauvaise réception de la pièce Les Polichinelles - laissée inachevée par la mort d'Henri Becque et terminée par Noussanne - qui tourna Henri de Noussanne vers l'anticipation scientifique :



La chronologie retenue par le journaliste semble pour le moins inexacte.
Becque est mort en 1899. Le texte de la pièce Les Polichinelles a été publié dans L'Illustration théâtrale n° 161 daté du 15 octobre 1910 (le journaliste parle quant à lui de l'année 1903). Les textes relevant de l'anticipation signés Henri de Noussanne que nous connaissons sont plutôt antérieurs à cette date.
En revanche il semble certain que l'auteur s'intéressait, comme beaucoup de ses contemporains aux nouveaux moyens de transport comme en atteste, par exemple, le titre de la conférence donnée le 26 octobre 1907 :




Sa première incursion dans le domaine qui nous intéresse semble être Le Château de merveilles (dans Le Magasin d'Education et de Récréation, éditions Hetzel paru en volume pour les étrennes de 1899).
Le Canal des Deux-Mers achevé (1899) et La Guerre anglo-franco-russe (1900) sont des récits de guerre future qui se suivent. Le propos est violemment anti-anglais. 
La Prochaine révolution française (1900) relève de la politique fiction à court terme, l'action se déroule en 1901. on y voit les socialistes triompher.
La Chine et l'Europe en l'an 2000 développe le thème à la mode du péril jaune. 
Enfin la nouvelle "Si Louis XVI avait dominé la Révolution" (1933) s'inscrit dans un projet d'ouvrage rassemblant des textes uchroniques, recueil qui ne semble n'avoir jamais été édité... Ce texte fut annoncé dans la presse:



Si Louis XVI avait dominé la révolution prend la forme d'une pièce théâtrale et est recueillie dans Une Autre histoire du monde. 2500 ans d'uchronies dans la collection ArchéoSF aux éditions publie.net .


(1) Pour ce qui est de la bibliographie, nous renvoyons à la page Wikipedia et au catalogue de la BNF. Nous nous intéresserons uniquement à sa bibliographie conjecturale.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire