jeudi 24 janvier 2013

Jean Richepin, Les patins de Gavroche (24 janvier 1880)



Le nom de Jean Richepin est bien oublié aujourd'hui. Ce polygraphe a pourtant à son actif des milliers de textes et souvent seuls ses poèmes nous sont encore connus (dont la célèbre Chanson des gueux). Il y a sans doute une forme d'injustice à ce relatif effacement de son oeuvre. Les amateurs et curieux pourront visiter ce beau site consacré à Jean Richepin. Son oeuvre conjecturale n'est sans doute pas encore totalement connue. Voici une petite chronique parue dans Gil Blas daté du 24 janvier 1880 dans laquelle il extrapole la théorie de l'évolution dans un domaine essentiel: le patin à glace!


LES PATINS DE GAVROCHE

J'apporte un document nouveau à la théorie darwinienne de la sélection naturelle, un fait en faveur de la loi dite du balancement des organes : j'ai vu Gavroche patiner, et avec des patins de son invention.
Je ne sais, comme dit Pothey, si je me fais suffisamment comprendre. Donc, un mot d'explication. Aussi bien ne suis-je pas fâché de l'occasion qui m'est offerte de vulgariser un brin la science et de faire mon petit Figuier (1).
Résumons cette loi du balancement des organes, d'après le grand Anglais.
La sève réparatrice des aliments va forcément l'activité la dépense le plus. En d'autres termes, les organes dont la fonction a nceroit se développent de préférence aux autres. Vienne l'habitude qui se transforme en hérédité, et les modifications ainsi obtenues se fixent, amenant un changement dans l'individu, puis dans l'espèce.
Nous n'en sommes pas encore avec Gavroche. Mais le premier pas du moins a été fait. Pour soutenir le combat de la vie contre le climat nouveau que nous fait l'hiver de cette année, Gavroche a s'accommoder d'une façon nouvelle.
Le verglas ! Bon, a-t-il dit d'instinct. J'vas lui jouer une farce.
Et au lieu de continuer à faire le grand écart, à maintenir un équilibre instable, à piquer des têtes et des plat-chose sur l'asphalte en miroir, il s'est ajusté aux pieds deux planchettes longues, avec quoi il s'est improvisé Lapon.
Je l'ai vu l'autre soir, vu de mes yeux. Sur tes trottoirs, nous donnions des coups de derrière éperdus, parmi les groupes de capucins de cartes écrasés en omelette vivante, je l'ai vu passer, fier, rapide, agile, faisant des crochets, des grâces, la main tendue en un geste d'apothéose, la blouse flottante comme une draperie antique de Diane en chasse, comme une aile d'ange volant dans des gloires.
Que ce temps de chien continue, et Gavroche patineur à patins plats, gavroche Lapon cessera d'être l'exception pour devenir la règle. La modification constatée se fixera par l'habitude, puis par l'hérédité. Obéissant à la loi du balancement des organes, la sève réparatrice des aliments se portera dans les jarrets et les pieds de ce glisseur en voie de formation. Sous peine de mort, la concurrence vitale forcera ses congénères à s'approprier comme lui. L'espèce prendra lentement un type nouveau.
0 merveilles de la science ! 0 joie de la sélection naturelle ! 0 Darwin ! Soyez bénies, clartés jetées sur l'avenir obscur et mystérieux ! Grâce à vous, je vois le Parisien futur, ondulant sur la glace des rues, faisant des ronds de jambe au coin des trottoirs, décrivant autour des Rambuteaux un entrelacement de huit mirobolants!..
Assez, ô vision ! j'ai aperçu un enfant du trentième siècle, transforme par l'hérédité, la loi du balancement des organes, la lutte pour l'existence, et venant au monde à Paris avec ses petits pieds chaussés de patins naturels.
Ce que c'est, tout de même, que le progrès !

Jean Richepin.

(1) Jean Richepin évoque ici Louis Figuier, vulgarisateur scientifique célèbre à la fin du XIXe siècle . ArchéoSF a publié un feuilleton reprenant le texte de La Femme d'avant le déluge de Louis Figuier


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire