lundi 22 août 2011

Stanley G.Weinbaum, "Une odyssée Martienne" (1934 )

Deuxième incursion dans le monde des pulps d'ArchéoSF après "La conquête de Gola" de Leslie F. Stone avec cette nouvelle publiée dans Les meilleurs récits de Wonder Stories. "Odyssée martienne" est sans doute la nouvelle de  Stanley G.Weinbaum la plus rééditée en France.
CouvertureLa question de l'intelligence extraterrestre est au coeur du texte. Il rejoint en cela des romans plus anciens comme Les navigateurs de l'infini (1925) dans lequel Rosny Aîné nous montrait des êtres intelligents issus d'autres règnes qu'animal.
Pour communiquer avec une espèce de Martien (nommé Tweel), l'explorateur Jarvis - victime d'un accident mécanique, il doit rejoindre le reste de l'équipage -  utilise les mathématiques, l'algèbre même, qui sont un langage universel vu de la Terre (rappelons que c'est l'un des présupposés qui amena les Américains à mettre des vidéodisques dans Voyager 1 & 2). Cette communication permet à l'astronaute de déjouer les pièges martiens: tous les Martiens ne sont pas mus par des intentions pacifiques, certains veulent juste manger.
Ici pas d'humanoïdes ni de petits hommes verts mais des formes de vie surprenantes, qu'elles soient organiques ou minérales.

Cette nouvelle est classée parmi les meilleures de la SF américaine et obtint la seconde place lors d'un vote en 1970 des "Science Fiction Writers of America" pour la meilleur nouvelle de SF de tous les temps (elle ouvre l'anthologie "The Science Fiction Hall of Fame Volume One, 1929-1964.")


Ce billet est publié dans le cadre du challenge Summer Star Wars lancé par Lhisbei et du Défi martien de Guillaume.

2 commentaires:

  1. J'ai des bouquins de cette collection là faut que je les chronique :)

    RépondreSupprimer
  2. @Guillaume44: le mieux est le recueil de Planet Stories pour tout ce qui concerne le planet opera.

    RépondreSupprimer