mercredi 25 juillet 2012

Capitaine Danrit : Le Jules Verne militaire




Capitaine Danrit. La Guerre fatale, grande publication illustrée à 10c... : [affiche] / [non identifié] - 1
Dans le prochain numéro de Galaxies Science Fiction, la rubrique « Le Bouquineur » se penchera sur l'oeuvre du Capitaine Danrit. En voici un extrait:

Le Capitaine Danrit, de son vrai nom Emile Auguste Cyprien Driant (1855-1916), fut surnommé par Jean-Jacques Bridenne « l'utopiste de la guerre ». Car Danrit a une obsession: la guerre, la guerre, la guerre! Partout, tout le temps et contre tous...

« Le Jules Verne militaire »
Il produit de vastes « fresques guerrières », pour reprendre l'expression de Pierre Versins, qui comptent des centaines de pages : 2827 pour La Guerre de demain, 1279 pour L'Invasion noire, 1192 pour La Guerre fatale ou encore 1000 pour L'Invasion jaune. Les titres même donnent une idée du contenu : guerres futures dans lesquelles l'ennemi c'est l'autre, l'étranger: Allemands, Anglo-saxons, Noirs ou Asiatiques. Ces œuvres ne brillent pas pour leurs qualités littéraires, ce sont souvent de mauvais feuilletons mâtinés de passages théoriques, mais l'intérêt qu'il porte aux progrès techniques lui fait imaginer de multiples inventions comme les ballons métalliques, les forteresses cuirassées, les gaz toxiques et armes bactériologiques,...
[...]
Difficile dans cette production fort cohérente de faire un choix. Difficile aussi d'accéder à cette œuvre sans la juger après les deux guerres mondiales parce que Driant est l'exemple même de toutes les haines et rancœurs de son temps. Marqué par la défaite de 1870, il est anti-allemand, choqué par l'incident de Fachoda notamment, il est anti-anglais, angoissé par la démographie des peuples émergents, il verse facilement dans le racisme anti-noir et anti-asiatique, il est encore ennemi de tout ce qui représente à ses yeux l'anti-France: francs-maçons, instituteurs laïques, journalistes qui vont trop peu d'efforts pour la Nation. Rappelons que ces œuvres violentes pleines de batailles furieuses, de sang versé et de joyeux massacres étaient destinées à fortifier le patriotisme de la jeunesse française, que le succès fut au rendez-vous et que nombre d'élèves du début du XXe siècle eurent comme livres de prix des livres de Driant/Danrit.

A lire sur ArchéoSF:
Affiche publicitaire pour La Guerre de demain ( 1889 )
Capitaine Danrit, « Le cyclisme militaire aujourd'hui et demain » (1894), article à tendance conjecturale 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire