jeudi 8 septembre 2011

J. Jacquin, Gens de la Lune (1932)

En 1932 la revue Lectures pour tous consacre son numéro de décembre aux "Féeries de l'avenir". On y voit Paris au XXIe siècle avec par exemple la PlaGe de la Concorde, Tombouctou en 2002, L'Atlantide il y a 10.000 ans et on y rêve de la conquête de la Lune avec "Gens de la Lune" de J. Jacquin.

En 1932, le théâtre est dépassé, les spectacles sont retransmis par "hypertélévision parlante et chantante" (même si le texte conserve la forme théâtrale avec didascalies et répliques).
Nysa et Jean sont fiancés, des fiançailles à la mode terrestre c'est à dire rapides, sur le mode de la communion d'intérêt plus que des coeurs. Il leur faut partir sur le Lune. L'astre de la nuit a été colonisé et les Terriens comptent y construire de vastes bâtiments comme "un hôtel de 600 mètres de large et de 300 mètres de hauteur" comptant 20.000 chambres, avec une piste de danse de 600 mètres sur 700 mètres, 800 jeux de roulettes ou un garage pour 1200 avions individuels,...
Sur la Lune la société n'est pas consacrée à l'action - à l'agitation - et au profit comme sur Terre. Incompréhension donc entre les humains de la vieille planète et ceux de la Lune. Par exemple Pierre explique à Nysa que les colons de la Lune ont reconstitué le charme terrestre d'antan ((la mère de Pierre vit dans une maison normande) et Nysa répond: "ce ne sont jamais que de l'herbe, de l'eau, des arbres et des pierres". Les Terriens manquent de poésie...
Cependant en une nuit, la vie de Nysa va être bouleversée...  Pierre lui a laissé Cyrano de Bergerac d'Edmond Rostand et la lecture qu'elle ne peut interrompre fait monter les larmes... Le rêve est nécessaire à l'être humain et seuls les Lunaires ont conservé la possibilité de l'émotion dont la plus grande manifestation est l'amour.... "[nous] avons pieusement conservé ce que vous avez rejeté, honni, gens de la terre: la rêverie, pays que chacun crée et meuble à sa fantaisie, où nous vivons à notre guise, où nous façonnons notre bonheur à notre idée. Car ce n'est pas vivre que remplir sa journée de gestes."


Ce billet est publié dans le cadre du challenge Summer Star Wars lancé par Lhisbei.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire