mardi 17 mars 2015

Clément Vautel, « Comment voyez-vous Paris dans 50 ans ? » (1929)

Clément Vautel a écrit de nombreuses nouvelles, souvent humoristiques, relevant de la conjecture rationnelle.
Quand Jacques Cervière lui demande en 1929 « Comment voyez-vous Paris dans 50 ans?» , voici ce qu'imagine Clément Vautel:



Notre confrère Jacques Cervière du Petit Journal, me pose cette question :
« Comment voyez-vous Paris dans 50 ans ? »
- Belle occasion de nous livrer au jeu des anticipations à la Robida et à la Wells. Imaginons un Paris hérissé de gratte-ciel qu'unissent des passerelles vertigineuses et que survolent des nuées d'aérocars. Il y a aussi un Paris souterrain où les besognes utilitaires s'accomplissent dans de vastes usines : c'est là, par exemple, que se prépare, selon la loi du communisme scientifique, la nourriture — tant de calories par tête du troupeau des administrés.
Quelques monuments du passé ont été conservés au milieu de squares, immenses où la mort du dernier moineau a suivi de près la disparition, du dernier cheval.
Mais, en un demi-siècle, Paris ne peut se transformer aussi radicalement, même si notre progrès met les bouchées doubles ou triples.
En 1979, la Ville-Lumière aura sans doute, dans l'ensemble, un aspect extérieur assez peu différent de celui qu'elle offre aujourd'hui.
Elle se sera étendue vers l'ouest, et le rond-point, des Bergères, à Courbevoie, sera ce qu'est aujourd'hui la place de l'Etoile.. Celle-ci ressemblera à l'actuelle place de l'Opéra. Le Soldat inconnu, ne pouvant reposer au milieu d'un carrefour entouré de cafés, de théâtres, de grands magasins, se sera réfugié aux Invalides : espérons qu'aucune « dernière guerre » ne lui aura fourni l'occasion d'être moins seul.
Le centre de Paris sera, comme la Cité de Londres, composé exclusivement d'immeubles commerciaux. Partout des buildings, des banques ! Les bureaux américains et les coffres-forts auront définitivement remplacé les lits où les Parisiens d'autrefois naissaient, aimaient et mouraient. Paris comptera huit ou dix millions d'habitants, dont cinq cent mille nègres.
On parlera encore français sur les bords qu'arrose la Seine, mais, dans certains quartiers — les plus beaux — tout le monde parlera anglais avec l'accent américain.
Comment subsistera cette cité monstrueuse dans un pays où les meilleures terres resteront en friche ? Je l'ignore.
Paris, avec tout son luxe, tout son confort raffiné, ne sera même pas assuré de son pain quotidien, et ce sera la revanche de la nature sur une civilisation exagérément orgueilleuse et artificielle.
Cçpendant Paris gardera ses caractéristiques traditionnelles, car les villes ne changent pas d'âme à travers les révolutions scientifiques ou politiques : nos petits-neveux seront comme nous capricieux, fantaisistes, un tantinet frivoles, et la Parisienne n'aura rien perdu de ce je ne sais quoi qui la rend inimitable.
Tels sont mes pronostics pour l'an 1979, — mais je répète qu'il faudra, heureusement, plus d'un demi-siècle pour les réaliser tous.
Qui sait d'ailleurs, si, d'ici là, nous ne nous dégoûterons pas d'un progrès tout matériel qui n'ajoute rien à notre bonheur et multiplie les problèmes sans leur donner jamais des solutions satisfaisantes ? Il y aura peut-être un revenez-y à la bonne loi naturelle, un dégoût de la vie trépidante, une résurrection de la vraie sagesse. Même si c'est peu probable, espérons ce miracle, ne serait-ce que pour, n'avoir pas trop à plaindre les Parisiens de 1979.


Chronique « Mon film » du 14 juillet 1929, Le Journal n° 13419

A lire:
Les Nouvelles conjecturales de Clément Vautel dans Galaxies Science Fiction n° 15
La Grève des bourgeois par Clément Vautel
Le Féminisme en 1958 par Clément Vautel 
Paris Futurs anthologie de textes consacrée aux Paris du futur imaginés entre 1851 et 1906 version numérique et version papier.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire